Depuis peu mon domicile héberge un chaton.

L’observation attentive de cet animal m’a immédiatement fait penser à un mauvais manager (et j’en ai vu beaucoup) :

    -    Il dort l’essentiel de son temps, mais ses quelques heures d’activité suffisent à vous épuiser tellement il vous sollicite

    -    Il la joue « patte de velours » mais vous lacère sans préavis

    -    Il ne répond jamais quand on l’appelle, mais hurle à la mort s’il a besoin de vous

    -    Il se prend pour un prédateur, mais pleurniche si tout ne lui est pas servi sur un plateau

    -    Comble du carriérisme : même tout seul, il essaye de se lécher le cul


Je verrai si en devenant adulte le chaton devient un meilleur manager

En France l’état se mêle de tout, c’est pour ça qu’il occupe autant de monde.

Il s’occupe même de taille de la police de caractère qui sera sur les bulletins de paye en janvier prochain.

Puisque le prélèvement à la source va faire baisser le net à payer, nos brillants dirigeants ont imaginé une astuce en adaptant le code du travail :

« Pour la composition de la mention “Net à payer avant impôt sur le revenu” et de la valeur correspondant à cette mention, il est utilisé un corps de caractère dont le nombre de points est au moins égal à une fois et demi le nombre de points du corps de caractère utilisé pour la composition des intitulés des autres lignes. » (1)

Ce tour de passe-passe a pour but de mieux faire passer la baisse du net perçu par les 17 millions de foyers soumis à l’impôt sur le revenu.

Personnellement, j’ai plus que jamais l’impression d’être plus pour un con, je suis heureusement vacciné par mon employeur.

Cette mesure est d’ailleurs une demie-mesure : quitte à afficher un montant virtuel qui ne sera pas versé, pourquoi ne pas avoir affiché 1 million d’euros pour tout le monde ?


   (1)    extrait du journal officiel : https://www.legifrance.gouv.fr/eli/arrete/2018/5/9/CPAS1812606A/jo/texte



Me promenant dans une foire de printemps, j’ai été interpellé par un camelot me promettant « une toiture achetée, une toiture offerte ! » .

Comme il m’a vu sourire, il a pensé m’avoir intéressé : « ah, voyez ! Ça vous parle ! ».

Je lui ai précisé qu’étant locataire, je devais décliner son offre.

Je l’aurai déclinée de toutes façons : pas besoin d’être expert comptable pour savoir que si la deuxième est gratuite, c’est que la première est vendue plus de deux fois son prix.

Il avait l’air content, tout le monde ne sait pas compter.

La nouvelle est tombée vendredi dernier, le sous-fifre devant me l’annoncer n’ayant pas le courage de le faire, il a envoyé un sous-sous-fifre.

La voici : pour la 7ème année consécutive et malgré de forts bons retours sur les missions que j’effectue, mon augmentation de salaire sera de 0% (zéro pour cent, que dalle, peanuts, nib, nada, voyez ?).

Pourtant, des collègues qui font le même travail que moi, mais qui ont 10 ans de moins, gagnent plus.

Dans le même temps mes chers leaders servent à qui veut l’entendre des « on a du mal à recruter ».

Sachez que les « difficultés de recrutement dans l’informatique », ce n’est pas une news, ce n’est pas non plus une fake-news, mais bien une défèque-news.

Comme son nom l’indique, cette dernière est généralement émise par un trou-du-cul.